Les meilleurs romans espagnols



Les spécialistes de la maison d'édition Alba nous ont aidés à dresser une liste de dix romans espagnols qu'ils jugent nécessaires pour savoir dans quels paramètres notre récit évolue actuellement.

Dix romans très différents mais qui ont le terrain de jeu en commun , L'Espagne, avec ses histoires toujours et presque jamais

Une vie empruntée de Berta Vías (Lumen)

Une vie empruntée. «Qui était vraiment Vivian Maier, la grande photographe? Pourquoi n'avez-vous jamais voulu montrer vos photos à qui que ce soit? Comment expliquer tant de mystère? Ce livre et le talent de Berta Vias étaient nécessaires pour que cette femme noire revienne enfin à la lumière et nous raconte son histoire

Rien que vous ne savez de Maria Tena (Tusquets)

Au milieu d'une crise relationnelle , la narratrice de ce roman revient sur l'épisode qui a marqué la fin brusque de son adolescence et les années les plus heureuses de sa famille: la mort inattendue de sa mère dans un Uruguay inconnu à la fin des années soixante, quand apparemment rien

While We Are Young de José Luis Correa (Alba)

Quand le corps sans vie d'un étudiant apparaît dans un couloir à Las Palmas, et le meurtrier présumé demande son aide, Ricardo Blanco ne sait pas qu'il est confronté à l'un des cas les plus complexes de sa carrière.

Alors qu'il plonge dans l'enquête, il n'est pas sûr que son le client mérite le temps et l'effort qu'il faudrait pour le libérer d'une phrase que tout le monde tient pour acquise.

Dans le monde universitaire, les vérités et les mensonges se croisent. Ceux qui devraient défendre le suspect semblent déterminés par sa condamnation et, en revanche, ceux qui rivalisent avec lui proclament son innocence.

Une mer violette sombre d'Ayata Barilli (Planète)

Une malédiction traverse la vie de Elvira, Ángela et Caterina: choisir des hommes qui ne savaient pas les aimer

Elvira a épousé Evaristo, un démon qui a semé la peur et la folie. Sa fille Angela s'est abandonnée pour un mari absent, toujours dans les bras des autres, incapable de s'occuper d'elle ou de ses filles.

Et l'indomptable Caterina, troisième de la saga, s'est retrouvée amoureuse d'un autre être diabolique, sans être conscient du danger qu'il courait. Seul Ayanta, le dernier descendant, fera face à son héritage en marchant sur le chemin des souvenirs et de la vérité.

Tú no muerte de Julia Navarro (Plaza & Janés)

Fernando, jeune éditeur fils d'un républicain riposté, il décide de fuir une Espagne dévastée par la guerre civile avec ses amis Catalina et Eulogio. Tous les trois sont esclaves des secrets qui les accompagnent et qui les poussent inévitablement à vivre loin des leurs.

Une histoire passionnante qui nous raconte la culpabilité, la vengeance, le poids de la conscience et les fantômes qui nous hantent. et ils conditionnent nos décisions.

Los asquerosos de Santiago Lorenzo (Blackie Books)

Manuel poignarde un policier anti-émeute qui voulait le frapper. Fuit. Il se cache dans un village abandonné. Il survit grâce à des livres australiens, des légumes des environs, un petit achat chez Lidl que son oncle lui envoie. Et il se rend compte que moins il en a, moins il en a besoin.

Un thriller statique, une version de Robinson Crusoé se déroulant dans une Espagne vide, une redéfinition du concept «d'austérité». Une histoire qui nous fait nous demander si les seuls en bonne santé sont ceux qui savent que cette société est malade.

Le roi reçoit d'Eduardo Mendoza (Seix Barral)

Barcelone, 1968. Rufo Batalla reçoit sa première commission comme Stylo dans un journal: Couvrant le mariage d'un prince en exil avec une belle jeune femme de la haute société. Les coïncidences et les malentendus le conduisent à se lier d'amitié avec le prince, qui lui confie, entre autres, la chronique de son histoire particulière. York avec peu d'argent, de grands espoirs et l'objectif diffus de faire quelque chose d'excitant de sa vie.

Tout le bien et tout le mal de Care Santos (Destino)

Sergio, un jeune de dix-huit ans avec un vie apparemment heureuse, il a tenté de se suicider. Sa mère, Reina, une femme qui traverse une crise vitale, va consacrer beaucoup d'efforts pour essayer de comprendre les raisons qui ont conduit son fils à faire quelque chose comme ça, et dont elle, inexplicablement, ne savait rien.

Cela commence comme ça. un chemin vers la vérité qui la conduira à visiter les lieux et les gens fréquentés par son fils et à découvrir à quel point elle en savait peu sur lui.

Cara de pan de Sara Mesa (Anagrama)

Le premier Parfois, cela la surprend tellement qu'elle est surprise de le voir. La réunion a lieu dans un parc. Elle est presque, une adolescente de «presque» quatorze ans; lui, le vieil homme, en a bien d'autres.

Une histoire insaisissable, obsessionnelle, dérangeante et même inconfortable, mais en même temps étrangement magnétique, dans laquelle le tabou, la peur de sauter dans le vide de la vie adulte et la difficulté ajustement aux conventions sociales

Lecture facile par Cristina Morales (Anagrama)

Il y en a quatre: Nati, Patri, Marga et Àngels. Ils sont liés, ont des degrés divers de ce que l'administration et la médecine considèrent comme une «déficience intellectuelle» et partagent un plancher tutoré. Elles ont passé une bonne partie de leur vie à RUDIS et CRUDIS (résidences urbaines et rurales pour personnes handicapées mentales).

Mais ce sont surtout des femmes dotées d'une extraordinaire capacité à affronter les conditions de domination qu'elles ont subies.

] Ce livre est un champ de bataille: contre l'hétéropatriarchie monogame et blanche, contre la rhétorique institutionnelle et capitaliste.

90 titres recommandés dans 9 genres différents

– Noir.

– Roman historique.

– Roman romantique.

– Récit contemporain.

– Classiques (recommandé par Luis Magrinyà).

– Enfants illustrés.

– Essai.

– Livres d'auto-assistance.

Pour faire toutes ces listes avec une garantie absolue, nous avons fait appel à une source experte et fiable. Et nous avons eu la collaboration d'experts d'Alba, qui n'ont pas non plus de problème à recommander des livres à d'autres.

Alba est un éditeur de qualité, tant dans la sélection de ses textes que dans l'édition de ses livres. Et il commence sa présentation par trois belles lignes qu'il emprunte à Virginia Woolf:

La plupart du temps nous arrivons à des livres aux têtes confuses et divisées, exigeant que la fiction soit vraie, la poésie qu'elle soit faux, à la biographie flatteuse, à l'histoire qui renforce nos propres préjugés. Si nous pouvions bannir toutes ces idées préconçues en lisant, nous aurions un début admirable.

Avec cette philosophie de vie, cette maison d'édition née en 1993 se soucie des lettres à partir de ses principes les plus élémentaires, avec la création de manuels (Guides de l'écrivain), animation d'ateliers créatifs…

Pour tout cela, leurs recommandations véhiculent la tranquillité de ceux qui savent de quoi ils parlent et pourquoi ils le disent.

Deja un comentario